• Accueil
  • > Archives pour janvier 2011

Archives

Archive pour janvier 2011

Liste des édifices royaux bâtis

Jules Hardouin-Mansart a construit durant sa vie de nombreux édifices royaux : 

 

Château de Clagny 

Château de Fontainebleau : travaux et surintendance 

Château et jardin de Marly 

Commun et divers du château de Chambord 

Pavillon du Val de Saint-Germain-en-Laye 

Château de Versailles : 

·         Modifications de l’Enveloppe de Le Vau (façade de pierre du château côté jardin). 

·         Ailes du Nord et du Midi. 

·         L’orangerie 

·         La Grande Galerie des Glaces. 

·         Les chapelles. 

·         Le projet de salle des Ballets. 

·         Le Petit Parc et ses bosquets. 

·         Les pavillons de la Ménagerie 

·         Les dépendances 

·         Petites et Grandes écuries 

·         Le Grand Commun et le Château d’eau 

·         Les portes du Grand Parc 

·         Le Trianon de marbre 

 



Le Grand Trianon

Le Grand Trianon a été construit par Jules Hardouin-Mansart en 1687 sur l’emplacement du « Trianon de Porcelaine », que Louis XIV avait fait construire en 1670 pour y fuir les fastes de la Cour. Le Grand Trianon est sans doute l’ensemble de bâtiments le plus raffiné de tout le domaine de Versailles. Il est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Citations :

« Petit palais de marbre rose et de porphyre avec des jardins délicieux » selon la description de Mansart qui respecte à la lettre les indications de Louis XIV très impliqué dans cette construction, on ne peut que tomber sous le charme de cet édifice aux proportions élégantes dégageant intimité, douceur et grandeur. Très influencé par l’architecture italienne, ce palais s’étend sur un seul niveau, placé entre cour et jardin, recouvert d’un toit plat, dissimulé par une balustrade, autrefois agrémentée de groupes d’enfants, de vases, de figures sculptées.  Renommé pour ses jardins à la française, ordonnés et géométriques, « rempli de toutes sortes de fleurs d’orangers et d’arbrisseaux vert », nous rapporte Félibien, le « Trianon de Marbre » est entouré, dès sa construction, de plusieurs dizaines de milliers de plantes vivaces et tubéreuses. Enterrées en pots, afin de pouvoir être changées tous les jours, et créer ainsi un spectacle fleuri et embaumé, ces plantes offrent un décor vivant qui anime la perfection de cette architecture tout entière ouverte sur les jardins. 



Principaux chantiers de Jules Hardouin-Mansart

Ses principaux chantiers pour Louis XIV : 

-La Galerie des Glaces

-Les ailes du Nord et du Midi

-L’Orangerie

-Les Cents Marches

-Le Bassin de Latone

-La Colonnade

-Le Grand Trianon

-Chantiers de la résidence de Marly

-Le Château de Clagny

Autres importants chantiers : 

-Agrandissement du château de Saint Cloud commandé par Lepautre

-L’Orangerie du château de Sceaux

-L’Eglise Saint-Louis-des-Invalides

-La Chapelle royale de Versailles

-La place des Victoires

-La place Vendôme



Biographie de Jules Hardouin-Mansart

Jules Hardouin, dit Jules Hardouin-Mansart, ou Mansart. 

Architecte français né à Paris en 1646 et mort à Marly en 1708.  Fils de Raphaël Hardouin, il fut l’élève de François Mansart et de Libéral Bruant, architecte français caractéristique du classicisme français, dont il prit le nom en devenant son petit-neveu par mariage. Il marqua profondément l’architecture classique en alliant style et élégance. Il eut un style assez proche du style de Le Vau

C’est avec son travail sur les plans du château de Clagny, destiné à Madame de Montespan, que le jeune homme gagne l’estime de Louis XIV. Il devient Architecte Ordinaire en 1675 et entre à l’Académie Royale d’architecture. En 1678, il est chargé des agrandissements du palais. Il devient Premier Architecte du Roi en 1681 Intendant Général des Bâtiments du Roi en 1685, Inspecteur général des Bâtiments du Roi en 1691 et Surintendant des Bâtiments du Roi en 1699, année où il obtient le comté de Sagonne en Bourbonnais. Il est anobli par Louis XIV en 1682.

Jules Hardouin-Mansart épousa le 3 février 1668 Anne Bodin dont il eut quatre enfants.

Jules Hardouin-Mansart meurt le 11 mai 1708 en ayant inscrit son nom sur plusieurs monuments français



La Galerie des Glaces-Versailles

Cet immense vaisseau  de 73 mètres de long, 13 mètres de large et 12,5 mètres de haut ouvre sur les jardins par 17 portes-fenêtres cintrées auxquelles répondent autant d’arcades couvertes de 357 miroirs réalisés à Saint Gobain. Soit 17 miroirs à chaque arche. Elle a été conçue par l’architecte Jules Hardouin-Mansart, et construite entre 1678 et 1684. Elle est de style baroque.  

Elle sert de cadre aux grandes cérémonies. A droite, elle donne sur le Salon de la Paix, à gauche, sur celui de la Guerre. Il y a 17 grandes fenêtres, celles-ci dominent l’axe des jardins, le Tapis vert, le bassin d’Apollon, le Grand Canal. Du coté des appartements, 17 fausses fenêtres en glace de Saint-Gobain renvoient la lumière du parc. Les murs sont en marbre de plusieurs couleurs, rythmés de châpiteaux de bronze ornés du Soleil de Louis XIV, des fleurs de lys, symbole de la royauté en France et du Coq Gaulois. Le plafond s’élève à 12,5 mètres du sol. Le roi y est représenté en Jupiter, tenant la foudre dans sa main.

Vaisseau : En architecture un vaisseau  est l’espace intérieur d’un grand bâtiment.  

Répondre : Dans cette phrase, répondre signifie correspondre géométriquement.    

Arcades : Une ouverture crée par un arc et deux piliers.  



Le Château de Versailles

Jules Hardouin-Mansart est l’architecte d’une grande partie de Versailles. Il reprit les plans de Louis Le Vau, grand architecte qui construisit le château de Vaux-le-Vicomte pour le Surintendant des Finances Nicolas Fouquet, en 1656. Le château de Versailles, qui témoigne d’un style baroque dans sa décoration, reste néanmoins classique dans ses grandes lignes. Il témoigne du goût français de l’époque pour l’équlibre ainsi que de l’importance de la rigueur antique. Louis Le Vau prévoit initialement de prolonger les deux ailes des communs par deux pavillons symétriques. Aux deux extrémités du bâtiment, il prévoit deux avant-corps ornés de quatre colonnes et de niches qui abritent des statues. Au centre se trouve une terrasse. On y trouve  des influences antiques avec la présence de pilastres . Tous deux sont des éléments porteurs. et de colonnes, ainsi que dans les formes géométriques de la terrasse et des fenêtres. 

Jules Hardouin-Mansart remplace la terrasse centrale dessinée par Louis le Vau, par une nouvelle façade qui correspond à la grande galerie avec un avant-corps central orné de six colonnes qui imite les pavillons d’angle de Le Vau. Il remplace les fenêtres rectangulaires par des baies qui apporteront plus de lumière. De part et d’autre de ce centre, il crée deux ailes qui ont à l’intérieur des cours et des galeries bordées d’arcades. 

Avant-corps : Parties du bâtiment en saillie sur la façade. 

Baies : Ouverture pratiquée dans un mur. 

Pilastre : est un support carré terminé par une base et par un chapiteau, un pilastre est incrusté dans un mur tandis que le pilier est un élément isolé.



L’Architecture Classique

L’architecture classique est inspirée de l’Antiquité. Elle se caractérise par des proportions et des compositions symétriques. La sobriété et l’équilibre sont recherchés.

L’architecture classique se développe principalement en France et en Angleterre aux XVIIe et XVIIIe siècles. 

L’influence des châteaux tels que ceux de Versailles, du Grand Trianon, de Vaux-le-Vicomte est à l’origine du rayonnement de cette architecture à l’étranger.  Au début du XVIIe siècle, des constructions géométriques et harmonieuses se remarquent déjà sur les places royales : par exemple, la place des Vosges. Cette place est le symbole de l’union, de l’utilité et de la simplicité en architecture : la conception simple et réfléchi s’impose comme base du classique.

Jules Hardouin-Mansart et l’art Classique : 

Jules Hardouin-Mansart a travaillé des genres très divers. Versailles comprend des édifices très variés : églises, châteaux, pavillons, hôtels, parcs et utilitaires. Il fait preuve d’une grande faculté d’adaptation dans les constructions publiques et les châteaux pour : moderniser, agrandir sans compromettre ce qui existe déjà. 

Mansart aime les grandes surfaces, la répétition des formes, les longues horizontales, l’espace dégagé et ouvert. 

Jules Hardouin-Mansart a créé de multiples œuvres et a résolu bon nombre de problèmes que posait l’architecture du XVIIe siècle ou a amélioré les solutions à ces problèmes. La simplification est une constante de son style, des rhabillages de la cour de Marbre et de Saint-Cloud à l’invention du nouveau système d’architecture intérieure. 



12